D’ici au 12 octobre 2018, un nouvel étiquetage des carburants va apparaître dans toutes les stations-service et dans les trappes des réservoirs des voitures.

Harmonisation européenne oblige, un étiquetage des carburants unique va apparaître dans toutes les stations-service de l’Union européenne et même au-delà (Islande, Liechtenstein, Norvège, Macédoine, Suisse, Turquie). Objectif : faciliter la vie des automobilistes, surtout quand ils se rendent à l’étranger.

Au plus tard le 12 octobre, la nouvelle signalétique devra avoir été mise en place tant sur chacune des pompes de carburant que sur les pistolets. De même, à compter de ce jour-là, tout véhicule neuf (du cyclomoteur au poids-lourd) devra disposer des sigles des différents carburants acceptés au plus près du bouchon de réservoir, dans les manuels de bord (papier ou numériques), chez les concessionnaires.

Rond pour les essences et carré pour les gazoles

Si l’idée est bonne en soi, on ne pourra cependant qu’être surpris par les appellations retenues pour désigner les carburants. Heureusement, elles ne feront que cohabiter avec les actuelles « Super E10 » ou « Diesel », sans les remplacer au moins pour le moment.

Jugez plutôt : les essences sont désignées sous forme d’un code correspondant à leur taux maxi d’éthanol, ce qui donne « E5 » pour les sans-plomb classiques SP95 et SP98, « E10 » pour le sans-plomb 95-E10 et « E85 » pour le super-éthanol (facile).

Pour les gazoles, ça se complique, puisqu’ils sont désignés par la lettre « B », comme… « bio »!
Là encore, l’appellation correspond au pourcentage maxi de biodiesel. Le seul gazole en vente actuellement est le « B7 » (même s’il est de qualité supérieure comme l’Excellium), mais viendra bientôt le « B10 » pour 10%, et un jour le « XTL », désignant le diesel synthétique.

Un bon point : la forme des étiquettes varie selon le type de « fuel » : ronde pour les essences, carrée pour le gazole, enfin losange pour les autres. C’est-à-dire les différents gaz (« LPG » pour GPL, « GNC » pour gaz naturel comprimé, « GNL » pour gaz naturel liquéfié) et l’hydrogène « H2 ». En ce qui concerne les véhicules électriques, une signalétique spécifique sur les bornes de recharge est en cours de conception.

Autre but affiché par les promoteurs de cette harmonisation : informer « les clients sur la pertinence d’un certain carburant pour une utilisation dans leur véhicule ». En clair, grâce aux différents sigles présents dans la trappe à carburant, les rassurer sur la possibilité d’utiliser tel ou tel carburant dit bio, en général moins cher.

 

Source: Autoplus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation