En cette année 2017, 13 salariés de Moto Magazine viennent de perdre leur emploi.
La raison?
Le magazine et les diverses productions des éditions de la FFMC, n’ont plus assez de lecteurs payants pour générer de quoi rémunérer des salairiés (journalistes et administratifs) qui se sont pourtant dévoués à l’information des motocyclistes et à la défense de leurs droits.
Alors, à vous tous , motardes et motards qui préférez vous soi-disant« informer » sans débourser un centime, via internet et des sites ou des blogs à la déontologie d’autant plus douteuse qu’ils vivent de la seule publicité, je vous le dit…
Il suffirait que chacun d’entre vous,– il y a au moins deux millions d’utilisateurs de deux roues motorisés en France parmi lesquels peut – être 500 000 véritables passionnés – achète une fois, une seule fois par an, Moto Magazine ou un de ses hors séries, soit un budget ridicule de 4,90€ (prix actuel) pour que non seulement, nous ne soyons pas licenciés, mais qu’en plus nous ayons les moyens de vous informer de manière encore plus pointue sans avoir besoin de la moindre publicité.
Vous ne l’avez pas fait pour nous, qui après vous avoir servi, comme nuls autres journalistes et employés de la presse moto ne l’ont jamais fait, allons devoir pointer au chômage sans grand espoir pour les plus anciens de retrouver un véritable emploi.
Alors, faites le pour que ceux qui restent puissent continuer à travailler pour vous, que le journal puisse réembaucher. Songez y, c’est seulement 4,90€ une fois par ans si vous ne voulez pas vous habituer ou vous abonner.

Pascal Girardin: journaliste licencié, sociétaire assuré et membre fondateur de la Mutuelle des Motards, abonné payant à Moto Magazine

Les employeurs obligés de dénoncer leurs salariés en cas d’infractions routières

par Cindy Belpalme, le 03/01/2017[News]

Depuis le 1er janvier, les employeurs n’ont plus le choix. Ils sont obligés de dénoncer leurs salariés s’ils commettent des infractions routières.

Avant le 1er janvier 2017, les employeurs avaient le choix. Si leurs salariés se faisaient flasher sans se faire arrêter sur le bord de la route, les employeurs pouvaient transmettre le nom du conducteur à l’administration. Cependant, ils n’y étaient pas forcés. Ils pouvaient également payer l’amende et dans ce cas, le salarié remboursait directement son employeur. La différence, c’est que dans ce cas là, personne ne perdait de point.

A présent, la question ne se pose plus. C’est la loi. L’employeur est obligé de dénoncer le salarié qui s’est fait flasher. Ce dernier devra donc payer l’amende et perdra également les points qui vont avec son infraction. Si l’employeur ne respecte pas la loi, il risque une amende de 750 euros.

Les employeurs obligés de dénoncer leurs salariés en cas d’infractions routières

Aucune manière d’échapper à cette nouvelle loi ?

Si, il n’y en a qu’une. Pour ne pas payer l’amende et ne pas perdre les points, l’employeur devra prouver que le véhicule a été volé. Ou bien que la plaque d’immatriculation de ce dernier a été usurpé.

Une nouvelle loi qui risque de coûter cher aux entreprises quand on sait qu’en moyenne, une entreprise de 200 véhicules reçoit en moyenne 50 amendes par mois. De plus, les informations concernant le salarié dénoncé devront être envoyées par lettre recommandée.

Moto Journal
Cindy Belpalme
.

Il faut décidément s’en persuader : l’ère de l’engin motorisé dans laquelle nous avons pour la plupart grandi, la moto telle que nous la connaissons encore et qui a su susciter un semblant de passion ou de dévoiement, c‘est selon, va disparaître. Plus exactement, on veut l’occire, l’éradiquer, après l’avoir tant stigmatisé. Les politiques sont prêts à l’exterminer et ce n’est pas le dernier rapport de la direction générale de l’industrie de la Commission européenne qui va nous persuader du contraire. Sa recette ? Déresponsabiliser l’individu en le soumettant à une surenchère de systèmes électroniques. Pas sûr que le monde en sorte meilleur pour autant.

La Commission européenne aime décidément ces temps-ci se pencher sur le cas des véhicules. Pour mieux les enfermer, les brider, les dénaturer. Mais la même Europe nous assure que c’est pour notre bien et celui de notre environnement. L’aliénation à des systèmes électroniques sera douce nous dit-on, sans jamais cependant nous préciser quel sera le montant de la facture. Quant à la fiabilité des systèmes, n’en parlons pas.

Mais le mouvement est enclenché et c’est un rouleau compresseur qui avance. La Commission européenne, soutenue par les gouvernements des pays membres et de nombreuses associations, souhaite multiplier les assistances électroniques à la conduite pour rendre l’automobile si intelligente qu’elle sera capable d’éviter seule les accidents. Pour imposer ses vues, elle soumet une série de mesures à intégrer dans le prochain règlement relatif à la sécurité des véhicules et des piétons.

Quelles sont ces mesures ? Nous avons actuellement l’ABS pour éviter de bloquer les roues en freinant. Il y aussi l’ESP qui permet de rester sur la trajectoire idéale. En octobre 2017, nous aurons l’appel d’urgence automatique baptisé «e-Call», un système embarqué qui permet de déclencher un appel de détresse à destination des secours.

Ensuite ? Le freinage d’urgence automatique tient la corde comme l’aide au maintien dans la trajectoire et le détecteur de somnolence. L’allumage des feux de détresse en cas de freinage d’urgence, l’enregistrement des données du véhicule en cas de collision et le contrôle de la pression des pneumatiques figurent également sur la liste des équipements préconisés par la Commission européenne.

Pour la sécurité des piétons, elle envisage l’introduction de dispositifs de détection des piétons et des cyclistes mais aussi de protection de la tête en cas de choc. La sécurité des poids-lourds et des autobus n’est pas oubliée avec l’amélioration de la conception de l’avant de ces véhicules, une meilleure protection latérale et anti-encastrement ainsi qu’une meilleure protection contre les incendies. Un monde merveilleux. En apparence ?

article vu sur Caradisiac.com

Les ports OBD, vous savez ce que sait ? Dans le monde de l’automobile, c’est déjà bien connu. Il s’agit de la prise diagnostic qui révèle tout ce qu’il y a à faire sur l’engin mécanisé. Un système déjà incontournable mais qui arrive seulement dans la moto. Une moto qui va devoir vite s’adapter car le dispositif va être obligatoire dès le 1er janvier 2017. Un accès aux informations et sa machine qui va aussi libérer le marché de l’entretien.

Les ports OBD donneront accès direct au bulletin de santé de votre moto. Une opportunité qui va révolutionner le secteur de l’après-vente dans un univers où le concessionnaire a encore prise sur le déroulé de la vie du brêlon. Une nécessité lorsque l’on sait que la rentabilité de nos concessionnaires repose beaucoup sur les ateliers de réparation.

Or, avec ces ports OBD, quiconque pourra brancher un ordinateur sur la machine pour établir son bulletin de santé, et savoir quelles réparations effectuer le cas échéant. Et impossible d’y couper : la démarche sera obligatoire sur les nouveaux deux-roues dès les 50 cm3, à compter du 1e janvier 2017. Bientôt, un mécanicien multimarque pourra tout faire.

Mieux, la moto pourrait voir surgir des Norauto et autres Feu vert dédiés, ce que connaît déjà l’automobile. On rappellera que ces enseignes prennent déjà l’entretien des scooters. Pour le moment, l’emprise des Dafy et autres Moto-Expert restent confidentiels. Mais ça pourrait vite changer.

Face à cette libéralisation du marché de l’entretien annoncé, les marques s’organisent. Les LOA se multiplient, ce qui oblige une virée chez le concessionnaire pour l’entretien. On augmente la plage d’ouverture des ateliers, et on réduit les délais de réparation et les constructeurs jouent sur le savoir- faire et la bonne réputation de son réseau.

Mais au final, ce qui emportera la décision, c’est le prix. Les OBD offrent une opportunité à une attaque d’envergure d’une puissant groupe déterminé à rafler la mise…

En 2017, il devra y avoir plus d’amendes rédigées qu’en 2016. Exactement 25%, au minimum. C’est une volonté de nos gouvernants qui vont mobiliser tous les moyens pour arriver à leurs fins.

L’annonce a été faite avant le résultat peu encourageant de la mortalité routière relevée en septembre. Comme quoi, cette dramatique comptabilité n’est pas si déterminante que ça dans les décisions gouvernementales sur une sécurité routière aux airs de fiscalité indirecte. De quoi s’agit-il ? En 2017, il devra y avoir plus d’amendes rédigées qu’en 2016. Exactement 25%, au minimum.

C’est une information relayée par le quotidien Les Echos : le gouvernement espère engranger l’an prochain 844 millions d’euros d’amendes contre 672,3 millions en 2016. En incluant les amendes majorées suite à un non-paiement, les recettes attendues montent jusqu’à 991 millions d’euros. Encore un petit effort, et le milliard sera d’actualité.

Nos politiques anticipent une multiplication des amendes en raison de l’augmentation du parc radars ainsi que le déploiement de nouveaux dispositifs de contrôle plus performants. Le parc de radars automatiques passera de 4 450 équipements cette année à environ 4 600 à la fin de l’année 2017 et jusqu’à 4 700 fin 2018.

Les radars autonomes suivront la même courbe. Sévissant dans les zones de travaux, ils seront portés à 250 fin 2016, avec un objectif de 500 équipements d’ici fin 2018. Le parc de radars sera aussi modernisé en 2017 avec notamment la mise en double-face de radars discriminants, soit les appareils fixes permettant de distinguer automatiquement les catégories de véhicules.

Les radars autonomes suivront la même courbe. Sévissant dans les zones de travaux, ils seront portés à 250 fin 2016, avec un objectif de 500 équipements d’ici fin 2018. Le parc de radars sera aussi modernisé en 2017 avec notamment la mise en double-face de radars discriminants, soit les appareils fixes permettant de distinguer automatiquement les catégories de véhicules.

Bien plus inquiétant encore, le gouvernement va accélérer son projet d’externalisation de la conduite des voitures banalisées embarquant un radar. Dès le premier trimestre 2017, des sociétés privées pourront prendre le volant de ces véhicules afin de permettre aux forces de l’ordre de se concentrer sur d’autres missions.

NE VOUS LAISSEZ PAS SURPRENDRE PAR LES MOTARDS

« Motards assurez vous d’être vus ! » : Voilà la dernière campagne en date de l’homologue de notre à la Sécurité routière en Belgique, l’ IBSR (Institut belge pour la sécurité routière).
Ce film diffusé au mois d’avril sensibilise avec humour les usagers Belges, particulièrement au sujet des erreurs de perception des moto sur la route par les automobilistes, source d’un accident sur deux.

Décisions iniques, restrictions en tous genres, dogmatisme borgne…

Résultat : Paris toujours aussi encombré et pollué

Les Oscars 2016 du Repaire : Hidalgo et Nadjovski, les tocards de l’annéeQue les choses soient claires : l’écologie est une préoccupation majeure et l’avenir de notre vie en collectivité en dépend. C’est justement pour cela qu’il faut la confier à des gens compétents, avec une vision globale des enjeux et non pas à des personnalités animées par des réflexes corporatistes, des décisions à courte vue et des prises de décision ou le dogme l’emporte sur le dialogue.

En ce domaine, la palme des « Gérards » ou Razzie awards revient aux duettistes parisiens Hidalgo et Najdovski. Retracer l’intégralité de leur oeuvre serait leur donner trop d’importance, mais on appréciera la logique des décisions concernant les restrictions de circulation : qu’une Suzuki Bandit immatriculée le 01/01/99 ne puisse pas rouler alors qu’elle est identique à celle cartegrisée le 01/07/99 est d’une logique implacable. Que, lors de la dernière mise en place de la circulation alternée, un collaborateur du Repaire a pu rouler en petite couronne avec son bicylindre 2-temps (immatriculé 546) qui doit lâcher 2 tonnes de C02 au kilomètre, alors que son petit mono injecté (immatriculé 189) devait rester au garage est frappant d’intelligence. Et en pleine bataille de chiffres entre la droite et la gauche, tout les franciliens ont constaté que les blocages sur le centre de Paris avaient des répercussions dans toute l’Île de France (résultat : plus d’embouteillages et donc plus de pollution), alors que l’offre de transport en communs est déjà surchargée et s’accompagne de retards, annulations et horaires malmenés.

L’action politique consiste aussi à mettre en place des transformations d’écosystème et à s’assurer de leur pérennité. On appréciera donc à ce titre la gestion d’Autolib, ce système supposément vertueux (en dépit d’une techno préhistorique puisque les BlueCar consomment de l’électricité même à l’arrêt). Dans ce domaine, la Mairie de Paris s’enorgueillit d’avoir financé à perte le plan de Bolloré (qui n’est toujours pas rentable), alors que l’industriel breton n’a pas rempli sa part du contrat en n’installant aucune des bornes de recharges publiques qui auraient dû bénéficier à la collectivité en permettant d’accélérer le processus d’électrification (à propos duquel personne ne se pose de questions sur le recyclage des batteries). C’est sûr que c’est plus simple d’embêter le citoyen de base que de faire tenir leurs engagements aux requins de la finance.

A ce niveau d’incompétence, le ridicule ne tue plus : à ce titre, on savourera donc le communiqué de presse de nos Gérards de l’année, se félicitant, en pleines vacances de la Toussaint, d’une réduction temporaire du trafic routier (savent-ils au moins qu’il y a plus d’un million d’élèves en Ile de France et que les laisser à la maison a un impact certain sur le trafic ?).

Encore merci pour ce moment (d’immobilisme) : ça valait bien le Gérard du Repaire de l’année.

Les Victoires moto et le Gérard 2016 du Repaire ont été distingués à l’issue d’un vote par un collège international de personnalités du monde de la Moto.

.
Plus d’infos sur Les Victoires motos 2016 du Repaire
Site : www.paris.fr
Toutes les actualités Evénement

Notez cet article : Note actuelle: 5/5 (2 votes)
Currently 5.00/5

Commentaires

Tetegti

Et encore c’est faire insulte aux Gérard. Les blaireaux me semble plus approprié.
Soit ces deux zigotos sont bêtes soit ils sont malhonnêtes. Laissons -leur le bénéfice du doute en considérant la première solution.

Rackham

Gérard 2015, Gérard 2016…

Et vous n’avez rien vu pour gagner le Gérard 2017, étiquetage obligatoire des vignettes « eco » à porter sur le casque afin d’être bien identifier par les caméras, brassard « je pue et je le paye cher, voter Hidalgo » en jaune fluo obligatoire.

En 2018: Interdit si pas Euro5 (En off: Ça n’existe pas!!! je m’en fou il faut toujours être en avance sur son temps).

2019: Électrique obligatoire pour tous. (En off: Heeuu je fais comment pour partir en Grèce? T’inquiète Bolloré à tout prévus tu payes, on t’expliquera après ou pas…)

CLEW

Pauvres Gérard, ils en prennent plein la g.eule…

moi j’aime bien
– (à propos duquel personne ne se pose de questions sur le recyclage des batteries) mais il manque aussi la provenance de l’électricité…

– C’est sûr que c’est plus simple d’embêter le citoyen de base que de faire tenir leurs engagements aux requins de la finance. C’est tellement vrai

roadsixsix

a l’origine les écologistes étaient plutôt sympa, mais celui-ci c’est une tète a claque de première catégorie, le haut du panier.
quand a Mme, son orgueil a la manière de cet ex premier ministre devenu candidat rends son « règne » insupportable, ses décisions sans compromis ou consultations prouvent bien que c’est une despote non éclairée.
si j’habitais cette ville je ferai une campagne très énergique contre ces individus.

tropiques64

..et pendant ce temps, the boss (la Royale) était á Cuba pour prendre des cours d’écologie Castriste
(ni autos,ni pétrole,ni électricité,viva la révolution!)…qu’elle compte bien appliquer chez nous
…ce qui lui a fait rater sa nomination au Gérards!! damned!!…
mais elle pose des jalons pour l’an prochain grâce au fameux km. (á 5 millions d’euros le bout!!)de route solaire, nouvelle méthode écolo pour faire disparaitre les trous qui enorgueillissent nos nationales..Et hop!..on cache tout ça sous des panneaux solaires!!
dis-moi Ségolaide, ça glisse pas trop, tes panneaux, j’espère?
pour en revenir á nos joyeux vainqueurs du jour, j’espère simplement qu’ils ne se reproduisent pas!!…manquerait plus qu’on se retrouve avec une portée de Hidalgovski!!..

L’iguane

Pour se reproduire, encore faudrait-il que la mâle ait des testicules…

CLEW

Citation
tropiques64
…qu’ils ne se reproduisent pas!!…manquerait plus qu’on se retrouve avec une portée de Hidalgovski!!..

Y’a pas déjà du Hidallande ?

Parait que c’était une rumeur

La mairie de Paris, vient de lancer aujourd’hui son enquête publique sur les ZCR. Nous pouvons y répondre jusqu’au 10 janvier !!!

A n’en pas douter, les écolos et autres nuisibles, vont rameuter en masse dans leurs réseaux pour obtenir le maximum d’avis positifs.

Nous en appelons à tous les adhérents du mouvement FFMC et à tous ceux qui ne veulent pas se retrouver avec ces ZRC qui vont fleurir partout en France pour utiliser tous les moyens de communication à leur disposition, afin de diffuser très largement dans les réseaux motards et autres

Nous ne pouvons pas manquer cette occasion de nous exprimer et de rejeter les ZCR de la mairie de Paris !!!

Merci de bien vouloir lancer ce lien sur tous vos face book, twitter, sites, news letter, etc… http://www.paris.fr/stoppollution

Qui ose vaincra !!!

le 19/12/2016

Dès avril 2017, les nouveaux sociétaires de la Mutuelle des Motards pourront, s’ils le souhaitent, devenir membres de droit de la Fédération Française des Motards en Colère. Entretien croisé avec France Wolf, coordinatrice du bureau national de la FFMC, et Alain Borie, vice-président du conseil d’administration de la Mutuelle, pour cerner les enjeux de cette invitation pas comme les autres.

Suite à la proposition faite par Patrick Jacquot, PDG de la Mutuelle, d’ « amener les sociétaires à devenir adhérents de la Fédération Française des Motards en Colère », ces derniers seront invités à découvrir les actions du Mouvement, qui sont d’intérêt général, en leur permettant d’acquérir la qualité de membre de droit FFMC pour une période d’une année sans avoir à s’acquitter d’une cotisation. […]

Découvrez la suite de l’article sur Commuters ! http://commuters.mutuelledesmotards.fr/index.html#18


Fait rarissime, un motard a obtenu la condamnation d’un département, le Finistère, après avoir chuté sur la route à cause d’une ornière. Avec une grosse indemnité à la clé.

Le département du Finistère a été condamné par le tribunal administratif de Rennes, mardi 13 décembre 2016, à verser près de 50 000 euros à un motard victime d’une chute, a révélé l’Agence France Presse (AFP). Une grosse indemnisation, suffisamment rare pour être soulignée, qui correspond à un préjudice physique conséquent.

Le motard de 60 ans avait chuté, le 16 octobre 2011, sur une route départementale au lieu-dit Pen Ar Hars dans le Finistère. Il a perdu 25 % de ses capacités physiques dans l’accident.

Entaille dans la chaussée
« La chute de l’intéressé résulte d’une entaille dans la chaussée d’une hauteur moyenne de 6 centimètres, appelée engravure, et destinée à préparer des travaux de goudronnage sur une portion de route qui faisait l’objet de travaux, explique le tribunal administratif. Une telle différence de niveau entre les deux chaussées présentait un …….
la suite c’est ici : http://www.motomag.com/Departementale-le-Finistere-condamne-apres-la-chute-d-un-motard.html#.WFkXDmciw6Y